Sénégal: La série “Sakho et Mangane”de Canal+ au tribunal de Dakar

La série « Sakho et Mangane » sur Canal+ Afrique pourrait-elle continuer à être diffusée ? Le tribunal de commerce de Dakar examine ce lundi un référé en vue d’interdire la diffusion des épisodes. C’est un producteur indépendant dans la capitale sénégalaise qui est à l’origine de la procédure. Il accuse la chaîne d’avoir plagié un de ses scénarios pour créer la trame de la série.

Le 25 mars, date de la première diffusion de « Sakho et Mangane », le rappeur Mass Seck découvre de « fortes ressemblances », d’après lui, entre la série et le scénario de « Division X Dakar », le nom du projet qu’il avait envoyé à Canal+ en 2013. Il note des similitudes entre ses personnages et ceux du programme : “Si on prend Aziz pour moi Division X, qui est l’équivalent à Mangane et surtout ancien militaire, ils sont tous deux des play-boys, donc ils aiment les femmes, ils sont tous deux fanas d’armes, c’est vraiement eux trait pour trait. Et quand vous regardez le casting, ils se ressemblent “.

« On allait pas mettre des boulangers à la place des criminologues… »

Une rencontre avec la chaîne, un accord de principe, l’envoi d’un pilote : Mass Seck affirme que son projet était déjà bien abouti. Mais en 2015, plus de nouvelles : ” Ils ont tout fait pour que moi je ne sois pas au courant. Peut-être ils pensaient que je ne réagirais  pas “.

Le Sénégalais Augustin Diomaye Ngom est un des cinq coscénaristes de « Sakho et Mangane ». Pour lui les accusations de plagiat sont infondées : ” Les aspects de sa série sont vraiment très différents de ce qu’on a fait. Qu’est-ce qu’il espérait ? Que les gens qui veulent faire une série policière au Sénégal mettent des boulangers à la place des criminologues, à la place de médecins légistes ? Il faut une cohérence quoi ? Le genre policier n’appartient à personne. Personne ne peut verrouiller un genre policier. Et l’histoire de plagiat, où est-ce qu’elle peut avoir lieu ? “.

Contactée, Canal+ n’a pas souhaité faire de commentaires avant la décision du tribunal de commerce.

RFI
Merci de nous suivre, d'aimer et de partager

Leave a Comment