«Pont vers le chinois» : Le finaliste sénégalais connu

La finale sénégalaise de la 18e édition de «Pont vers le chinois», un concours international réservé aux étudiants étrangers, s’est tenue ce vendredi 17 mai 2019 à l’Institut Confucius de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad). Elle a été présidée par l’ambassadeur de la République populaire de Chine au Sénégal, Zhang Xun, en compagnie du recteur de l’Ucad, Ibrahima Thioub, du représentant du ministre de l’Enseignement supérieur, Olivier Sagna, notamment.

Organisé conjointement par l’ambassade de Chine au Sénégal et l’institut Confucius de l’Ucad, ce concours de dimension internationale se tient pour la quatrième année consécutive au Sénégal. Les candidats doivent démontrer leur maîtrise de la langue chinoise et leurs connaissances de la culture chinoise.

La finale 2019 dont le thème est «Un monde, une famille», mettait aux prises une dizaine de candidats dont une fille. A l’issue des présentations, le jury a retenu trois lauréats. Il s’agit de Bara Dieng Sy (1er prix), Babacar Dieng (2e prix) et Aliou Sy (3e prix). Le vainqueur va représenter le Sénégal à la finale mondiale, prévue en Chine au mois de juillet prochain.

«Le chinois, une langue en plein essor»

Bara Dieng Sy, 25 ans, est un étudiant en niveau 4 à l’institut Confucius de l’Ucad. Il a présenté son travail sur le thème : «Mon avenir n’est pas un rêve». Il avait bénéficié, en 2017, d’une bourse d’étude de 6 mois en Chine. Selon Bara Dieng, la langue chinoise n’est pas difficile. Il suffit juste d’avoir la volonté de l’apprendre.

Son suivant, Babacar Dieng de l’institut Confucius de l’Ucad. Sa présentation a porté sur «Le monde, un amitié». De l’avis de cet étudiant sénégalais, le chinois est «une langue très importante qui peut offrir beaucoup d’avantages» dans ce monde de compétition.

Aliou Sy, troisième, quant à lui, est un ancien étudiant de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. Passionné de la langue chinoise, il a abandonné sa «Langue et Civilisation espagnole» au profit du chinois. C’est ainsi qu’il s’est inscrit en mars 2018 à l’institut Confucius de l’Ucad pour enrichir sa compétence linguistique et artistique. Contrairement à Bara et Babacar, Aliou a choisi le «Tychi» pour impressionner les membres du jury. Il s’agit ici d’un sport de tradition chinoise «très difficile» qui, pour lui, permet de «relaxer le corps humain et mieux contrôler l’âme».

En présidant la rencontre pour la quatrième fois consécutive, l’ambassadeur de Chine au Sénégal s’est réjoui des progrès «remarquables» consentis par des étudiants sénégalais dans l’apprentissage de la langue chinoise.

Évoquant le thème de cette finale sénégalaise, l’ambassadeur de la Chine au Sénégal indique qu’il traduit «parfaitement les relations amicales et mutuellement bénéfiques sino-africaines et sino-sénégalaises». Il ajoute que la langue est «un pont d’échanges et d’inspirations mutuelles entre les différentes civilisations».

Face à «la mondialisation économique et à la diversification culturelle», Zhang Xun estime que la communication entre les peuples est «très importante». C’est pourquoi, il a profité de l’occasion pour encourager les étudiants «à poursuivre les efforts pour construire un pont d’amitié éternel sino-sénégalais dans un esprit d’’’un monde, une famille’’.

«Pont vers le chinois» est une compétition culturelle et linguistique internationale lancée en 2002 par l’institut Confucius de Beijing (Hanban) dans le cadre du «renforcement des échanges culturels» entre les différents pays. Elle se tient chaque année dans plus de 100 pays sur les 5 continents avec une finale mondiale en Chine tous les mois de juillet. 

seneweb

Merci de nous suivre, d'aimer et de partager

Leave a Comment